Coucouuuu

Maintenant que je sais qu'il y a de fortes chances que je bénéficie d'un Bodylift il serait temps que je m'y interesse de manière plus détaillée alors autant vous en faire profiter... non ?

Ne vous attendez pas a vous taper le cul par terre, ce sera un article trèèèès sérieux... je vais quand même essayer de ne pas vous endormir...

Aller, on y va !

Qu'est ce que le Bodylift ? :

C'est une opération chirurgicale assez pointue destinée a retendre la peau du tiers du corps. A l'avant avec l'abdomen, a l'arrière au niveau des fesses et sur le coté au niveau des cuisses externes. On abouti ainsi a une cicatrice faisant tout le tour de la ceinture.

L'objectif est d'enlever le surplus de peau. Lorsqu'il y a un excédent de graisse, celle-ci est enlevée aussi ce qui donne une diminution spectaculaire du volume global du corps.

Le bodylift agit donc efficacement sur le ventre, le pubis, le haut des cuisses, les fesses, les hanches et la culotte de cheval.

Je me taperais le cul de bonheur rien qu'en l'écrivant !!!

circumBdyLift_566_enlg

Principes :

On peut mieux visualiser cette intervention en imaginant qu'on enleve une bande de peau de 20 à 25cm de hauteur tout autour du corps situé au niveau de la ceinture. La cicatrice circulaire qui en résulte peut paraitre importante. Mais en fait, l'expérience prouve qui si elle est bien positionnée (et donc facile a cacher par un sous vetement réduit) et si l'amélioration de la silhouette est spectaculaire, elle est tres bien acceptée.

Cette cicatrice, assez longue, est finalement la seule marque résiduelle de l'opération. Elle doit être expliquée en détail nottament sur sa forme et surtout sur sa future position qui peut varier en fonction du désir du patient pour s'adapter a ses vetements préférés. Actuellement le choix se porte le plus souvent sur une position basse pour permettre le port de pantalons a la mode.

La largeur de la cicatrice finale est variable, de "fine" à "un peu distendue".

bodylift1

L'intervention :

L'anesthésie générale est obligatoire car les surfaces opérées et la durée de l'intervention dépassent les possibilités de l'anesthésie locale ou régionale.

Chaque chirurgien adopte ses propres procédés qu'il adapte a chaque cas pour corriger sélectivement les défauts en présence. Toutefois, on peut retenir la base commune a toute intervention :

le marquage : il est essentiel au bon positionnement et a la symetrie de la cicatrice et est réalisé

l'installation : l'opération comporte deux phases de durée a peu près égale. Elle commence en position ventrale et se termine en position dorsale.

la liposuccion : l'intervention commence souvent par une lipo de la culotte de cheval et des hanches permettant d'enlever du volume et de mobiliser encore plus de surplus cutané.

la phase dorsale : la peau excédentaire est ensuite enlevée en bas du dos, au dessus des fesses et latéralement pour retendre la face externe des cuisses. Si les fesses sont trop plates, le chirurgien peut se servir de la graisse en exces au niveau des hanches qui, descendue, servira a remodeler et augmenter le volume fessier.

le retournement du patient : une étape tres codifiée et réalisée avec grande prudence. Après retournement, le patient est a nouveau préparé pour la deuxieme phase

la phase ventrale : elle permet de tendre l'abdomen vers le bas, le pubis et le devant des cuisses vers le haut. Elle commence par une liposuccion ensuite le chirurgien rejoint l'incision postérieure qui sera ainsi la continuité de l'incision antérieure.

Les suites opératoires :

Une hospitalisation de 4 à 6 jours est requise car la récupération est assez longue en raison de la durée de l'opération, des surfaces opérées et des quantités enlevées. Le gonflement et les bleus apparaissent rapidement et peuvent être intenses de même que la fatigue et les douleurs.

Si la fatigue est trop importante, une transfusion de sang peut être indiqué. Les douleurs sont prises en charge par les anesthésistes et sont grandement diminuées par des produits puissants.

Le port d'une gaine de compression est essentiel pendant au minimum un mois pour limiter l'oedeme.

Le résultat :

Une partie du résultat est visible immédiatement car la remise en tension de la peau est toujours spectaculaire. Au bout de trois semaines les oedemes commencent a partir et le resultat est encore plus impressionnant. En ce qui concerne la cicatrice, il faut savoir qu'elle s'estompe bien en général avec le temps mais ne saurait disparaitre completement.

Au dela de l'amélioration physique qui est appréciable, le bodylift apporte en général une amélioration tres nette en ce qui concerne le confort. Cette amélioration fonctionnelle et le mieux-être psychologique aident le patient dans l'ajustement de son équilibre pondéral.

En conclusion, il faut rester réaliste. Il s'agit d'une opération importante et délicate pour laquelle l'indication et la rigueur du geste opératoire ne mettent en aucun cas a l'abri d'un certain nombre d'imperfections, voire de complications...

body_lift_superieur_5

Les imperfections :

Le plus souvent, s'il est correctement réalisé, le bodylift rend un réel service au patient avec l'obtention d'un résultat plus que satisfaisant et conforme a ce qui était attendu. Cependant, il n'est pas rare que des imperfections localisées soient observées sans qu'elles constituent de réelles complications :

la cicatrice disgracieuse : il est impossible de prévoir comment va se comporter une cicatrice. Le plus souvent tout se passe bien et la cicatrice toujours rouge au départ blanchie en 12 à 18 mois. Il peut arriver qu'elle s'élargisse ou s'épaississe.

réapparation de l'exces de peau : surtout ches les pâtients qui ont beaucoup maigri et dont la peau a des fibres elastiques en mauvais etat. Il est toujours possible de faire des retouches sous anesthésie locale.

Les complications :

les accidents thrombo-emboliques : phlébites, embolie pulmonaire. Bien que globalement assez rares ils sont parmi les plus redoutables. Des mesures préventives rigoureuses doivent en minimiser l'incidence : porte de bas anti-thromboses, lever précoce, traitement anticoagulant.

saignements : ils sont possibles les premières heures mais restent habituellement tres moderes. Quand ils sont trop importants ils justifient une reprise au bloc opératoire.

hématomes : ils peuvent nécessiter une évacuation s'ils sont trop volumineux ou trop douloureux

epanchement séro-lymphatique : il peut apparaitre quelques jours apres l'intervention et peut etre ponctionné. Il s'assèche ensuite mais peut laisser un oedeme prolongé tres difficilement rattrapable.

l'infection : malgré la présence naturelle des microbes vers la région anale, elle est tres rare. Elle justifiera un traitement approprié.

la nécrose cutanée : parfois au niveau du nombril ou des fesses.

en conclusion :

Grâce aux ameliorations techniques, le bodylift est devenu une opération bien plus fiable et surtout plus efficace tout en réduisant le risque de suites opératoires compliquées.

Il ne faut pas surévalué les risques mais simplement prendre conscience qu'une intervention chirurgicale comporte toujours une petite part d'aléas. Le recours a un chirurgien plasticien confirmé assure la compétence requise pour savoir éviter les complications.

110779673