Autant vous le dire tout de suite, j'ai pas la pêche !  Pas de blague Carambar en prévision...

Hier j'avais rendez-vous avec ma chirurgienne et croyez-le, j'y allais la fleur au fusil... j'avais une de ses formes... je flottais tellement je me sentais bien.

Une heure plus tard j'avais envie de passer sous un bus...

Mais revenons vers un récit chronologique :

Ca faisait quasi deux mois que je n'avais plus mis les pieds a l'hopital Saint Joseph et j'étais plutot ravi de retrouver les lieux qui avais signé ma seconde renaissance. Faut dire que depuis mon dernier article les oedemes ne sont plus que des mauvais souvenirs.

Un matin je me suis réveillé et ses gonflements avais quasi totalement disparus... poufff comme par enchantement. J'en rêvais tellement que mon corps a décidé durant cette nuit là d'expédier toutes ses horreurs au rang de souvenirs... j'en croyais pas mes yeux !

Pour la première fois je voyais (a 90%) les effets de ce bodylift. Un résultat de dingue... Un ventre VRAIMENT plat, un pubis sans excédent de peau, un petit nombril tout mignon et (cerise sur le gateau) une cicatrice qui décide déja de se la jouer discrete.

Je ne pouvais pas rêver mieux...

J'étais donc tres fier dans cette salle d'attente en attendant mon tour.

Et je m'étais fait beau en plus. Parce que les joggings c'est de l'histoire ancienne aussi. J'ai commencé a remettre des pantalons et ça aussi c'est un grand moment de plaisir a l'état pur.

Un grand plaisir aussi de retrouver le docteur Reguesse. Je la trouves toujours aussi mimi, sympa, douce et a l'écoute. Je me sens bien avec elle et c'est déja ce qui m'avait décidé a lui laisser mon corps d'apollon malgré son jeune age apparent. Je ne le regrette toujours pas et au vu des resultats j'aurais pu m'en vouloir si j'avais été voir ailleurs.

Malgré tout va falloir qu'elle se calme un jour. A chaque fois qu'elle me voit je fini entièrement a poils au bout de quelques minutes. Je sais que je suis irrésistible mais quand même... on peut parler et faire connaissance avant non ?

Plus sérieusement, elle est ravie du résultat. Prends des photos, tripote la cicatrice et là... premier drame... elle n'est pas satisfaite au niveau des oedèmes. Moi qui pensais que tout était definitivement clos de ce coté la, pour elle c'est encore gonflé.

Elle veut que je remette la gaine durant un mois !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

la j'ai deux sentiments qui s'opposent. Le premier est largement négatif. Les chaleurs vont apparemment s'installer sur le pays et je vais devoir remettre un truc serrant, épais qui va m'obliger a remettre des joggings et qui va me démanger et me donner chaud...

D'un autre côté, moi qui était deja heureux du résultat, j'apprends que ça va encore plus dégonfler dans les prochains mois... en gros, je suis mitigé. Evidemment je dois prendre mon mal en patience et c'est pour un resultat encore plus intense mais j'en ai quand même bien bavé ses derniers mois et je pensais que tout ça était derrière moi.

Mais c'est pas ça le pire.........................

Cette visite avait aussi pour but de parler de la suite. Comme je vous l'ai dit, je ne vais pas m'arrêter en si bon chemin et je veux continuer. Les bras et les cuisses franchement c'est pas le plus important et je pourrais vivre sans le faire. Mais la poitrine c'est le drame de ma vie.

Déja quand j'étais gros je le vivais vraiment mal. Et j'ai toujours été gros... je me rappelle qu'un jour ma mère m'a dit qu'enfant j'avais pris un jour un couteau pour couper ce qui ressemblais deja a un petit nichon. Toute mon adolescence, toute ma vie de jeune homme et enfin adulte je ne voyais que ça dans le miroir. Etre obèse, a la limite je m'en foutais un peu... mais cette poitrine me rendait dingue. Quand j'allais a la plage, je gardait un tshirt. pas pour mon ventre hein... pour cette poitrine... Il m'est même arrivé d'accompagner des amis faire du naturisme et virer le bas tout en gardant le haut. chercher l'erreur !! 

J'en arrivais a maudire les gros et même les plus gros que moi qui n'avais pas cette excroissance mammaire. parce qu'il y en a et beaucoup...

Dans ma vie sexuelle c'était pareille. Avec un partenaire sans lendemain je prétextais une vilaine cicatrice que je voulais cacher par coquetterie pour garder un tshirt durant les calins...

Tout cela pour vous dire que ce truc a gacher des dizaines d'années de ma vie et que mon souhait le plus cher est de m'en séparé. Avec le recul je crois même pouvoir affirmer que si j'ai fait la sleeve c'est en grande partie pour cela.

Comme un grand imbécile que je suis je pensais naivement qu'en perdant beaucoup de poids tout cela allait degonfler... ni vu ni connu... disparu...

tu parles... peau de zob ouais... c'est encore plus laid qu'aparavant !

Parce que maintenant, en plus de ses deux gants de toilette qui pendent de manière hideuse sur mon torse, j'ai une espèce de replis qui pars jusque dans le dos. comme si un bourrelet s'était superposé sur le haut de mon corps.

J'ai un vrai complexe. Je me sens perpétuellement mal et vous le savez parce que c'est souvent ce qui se dit : les clowns souffrent souvent en silence et masquent souvent leur mal être en passant par de l'humour. Je pense que c'est tout moi !

Cela m'empêche de me reconstruire a 100%, cela m'handicape pour refaire ma vie, pour rencontrer quelqu'un... pour etre moi... simplement !

Et j'avais fait beaucoup de recherche sur le net. La pratique pour remédier a ce genre de choses s'appelle une exéraise de gynecomastie. J'avais donc beaucoup de question concernant cette intervention.

Et c'est la que tout s'est effondré...

Le docteur Reguesse me dit que cette opération n'est absolument pas adaptée pour moi. Que cette intervention retirerait uniquement la poitrine en elle-même mais continuerais a laisser le bourrelet partir vers le dessous de bras et le dos et que ça serait encore plus disgracieux.

Pour mon corps, tel qu'il se présente aujourd'hui, il n'y a qu'une seule solution : le bodylift supérieur. (qui se fait d'ailleurs assez rarement)

Jusque la, j'accuse le choc. Ce n'est qu'un terme différent, une autre opération. Soit... s'il faut passer par la, j'en ai connu d'autres et ce n'est pas ce qui me fais peur !

Il va de soi que cette opération est encore moins prise en charge par la sécu.

J'ai juste envie de pousser un gros coup de gueule a ce sujet. Je n'oublie pas que je dois enormement au systeme et que je suis redevable a la sécu et à la France pour la sleeve et le bodylift inférieur. Franchement je ne remercierai jamais assez pour tout ça. Ce que je n'arrive pas a comprendre c'est qu'on nous laisse au milieu du chemin sans ressource. A quoi cela sert il d'accepter une chose et de refuser une autre alors que c'est une continuité logique. Je me retrouve aujourd'hui avec une partie de corps normale et une autre défigurée... Est-il normal de laisser un homme avec une poitrine alors que tout le reste est dans la "norme" ?

Sans vouloir paraitre injuste, au moins quand j'étais gros cette excroissance paraissait presque normale au vu de mon corps. Mais maintenant ?  c'est presque encore plus anormal...

Tout cela pour en arriver a ce qui me rends dépressif : l'opération coute 7000€

Alors soyons clair, elle m'aurait annoncer une opération a 3000€ que ça aurait été aussi dramatique pour moi. Depuis ma rupture et depuis que je suis seul avec un unique salaire je galère comme un fou au point de faire un second boulot et d'accepter a peu près tout ce qui se présente pour boucler les fins de mois. Comme beaucoup de Français je suis dans le rouge vif a la fin du mois mais je suis fier de m'en sortir. Mais il m'est impossible de mettre de l'argent de coté. Impossible. Mes dernières vacances je les ai passées sac au dos, dormant chez l'habitant ou dans des petites auberges de jeunesse. C'est mon petit luxe a moi... Le reste de l'année je ne fais quasi rien a part trimer et encore trimer... alors économiser autant d'argent me prendrais des années et des années.........

Je suis sans doute le mec le plus fort du monde, le plus optimiste, le plus guerrier, le plus tout ce qu'on veut... mais au moment précis ou elle m'annonce cela je sens des larmes perlées et un tremblement incontrolable. Je suis dévasté...

Je sais a cet instant que tout est perdu et que tout s'arrête. Que je ne serai sans doute jamais l'homme que j'ai toujours rêver d'être... un homme normal, quasi invisible. Un Homme parmi tant d'autres. Qu'une différence parlante fera toujours partie de mon quotidien.

Je suis sorti de son cabinet comme un mort-vivant. Chancelant... un peu comme un boxeur qui a perdu le match et qui sort du ring completement vidé.

Mais il y a un rebondissement a cette histoire. Parce que deux heures plus tard ma chirurgienne (que je ne pensais jamais revoir) m'appellait pour me proposer quelque chose.

L'espoir est-il revenu ?  Oui et non... on va dire qu'une faible lueur s'est rallumée. Que je suis un combattant et que tant qu'on ne m'aura pas terrassé je me relèverai...

Mais ça, c'est pour le prochain article... parce que j'ai beaucoup de choses a faire, a penser... a mettre sur pied un plan d'attaque afin de vaincre... afin de vivre la vie dont je rêve...